Autodidacte, le graffiti a fait partie intégrante de ma formation de peintre. J’ai ensuite dirigé mes travaux de recherches sur toile. Mon travail est basé sur quatre piliers fondamentaux.

La spontanéité, la joie des couleurs vives, la sensualité, et l’émotion.

À savoir que la spontanéité l’emporte sur le reste, c’est elle qui entrouvre les domaines de joie, de sensualité et d’émotion.

Mes inspirations viennent principalement de la nouvelle abstraction américaine des années 1950 à 1990, tel que Paul Brach, Frank Stella, Raymond Parker, Clyfford Still, Al Held, et Joan Mitchell.

Joan Mitchell disait “Je préfère laisser la nature là où elle est. Elle est assez belle comme ça. Je ne veux pas l’améliorer. Je ne veux certainement pas la refléter. Je préfère peindre les traces qu’elle laisse en moi.